JJG by JJG

Si JJ devait publier son journal intime et qu'on me proposait d'écrire la préface du livre, ça donnerait ça...

Sur une idées d'un prof de lettres modernes dans un lycée de je sais pas où.

Une liste exhaustive de conquêtes plus enivrantes et inattendues les unes que les autres. Le récit détaillé des activités en chambre pratiquées avec ses charmantes créatures. Des règlements de compte en bonne et due forme. Des révélations graveleuses sur des artistes à priori bien sous tout rapport. Des enfants plus ou moins légitimes éparpillés aux quatre coins de le planète... C'est cela que vous attendez de la publication d'un journal intime ? Et bien passez votre chemin, vous vous trompez d'adresse !

Voyez-vous, Jean-Jacques Goldman n'est pas de ceux qui vous disent leur vie dans son nu le plus blême et qui livrent leurs fantasmes enterrés, leurs idées les plus viles au premier venu. Non, ce n'est pas son genre...

Mais alors, pourquoi publier son journal ?

En réalité, ceci n'est pas un journal intime !

C'est en effet impossible puisque JJG n'a été diariste que le temps de l'adolescence, puis à sa majorité, il a tout brûlé pour ne plus se confier que dans ses chansons. Car se sont ses chansons son véritable jardin secret. Il n'y a rien de plus impudique qu'une chanson. Mais cet ouvrage n'est pas non plus un recueil de paroles, c'est mieux que cela...

Vous connaissez le petit cahier à spiral Claire Fontaine bleu qu'il trimbale en permanence dans la poche revolver droite de son jeans ? Mais si, celui dans lequel il prend sans cesse des notes. Et bien, des petits cahiers, depuis presque trente ans de carrière, il en a usé une centaine ! Vous n'imaginez pas la patience qu'il a fallu pour déchiffrer ses pattes de mouches ! ! ! Mais quel délice d'entrer dans la tête d'un homme comme celui-là !

Evidemment, nous avons dû abandonner certains passages mais il faut bien avouer que la liste des courses et les rendez-vous chez le dentiste n'étaient pas d'un grand intérêt. Au fur et à mesure du débroussaillement de ce matériel (très) brut, nous avons non seulement assisté à la naissance de tubes mais surtout vu apparaître le fonctionnement d'un artiste simple, curieux de tout et terriblement humain.

Nous espérons que vous aurez autant de plaisir à lire ce " journal " que nous à le mettre en page...

Bien amicalement, la recueilleuse...

PS : Il va de soi que Jean-Jacques Goldman ne nous a pas fourni lui-même ses cahiers. Nous avons dû le cambrioler pendant la nuit afin de récupérer jusqu'au tout dernier cahier dans sa poche (contrairement à ce qu'on peut croire, il ne dort pas avec son jeans !). Nous nous attendons dons à un gros procès prochainement. Mais, en attendant, nous nous en seront mis plein les fouilles (à condition que vous achetiez ce livre au lieu de lire dans le rayon d'une grande surface)... 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×