Quelque chose de bizarre

Un dessin animé genre Nicky Larson.

Plantage de décor : JJ porte un jeans bleu foncé, des Cater... (pas de marque) noires, un blouson de cuir sur un t-shirt gris imprimé " BELIEVER IN NOTHING " (spécial dédicace à mon pote Jonathan) et des lunettes de soleil type R ... N (pas de marque) Mayfers. Il trimbale son traditionnel sac à dos mystérieux (personne n'a jamais su ce qu'il pouvait bien cacher là dedans). Toutes les images sont en sépia, elles ont l'air usées comme un film de Pagnol, elles sautent de temps en temps et semblent se dérouler au ralenti. JJ, par contre, est en couleur et se déplace à une vitesse normale.

C'était le mois de novembre le samedi 17 au soir. Dans ce coin de légende où les trains ne mènent à nulle part. La chaleur était pesante et le vent chaud et le vent chaud incitait à boire. Je suis descendu fourbu tout seul à la petite gare.

JJ (en gros plan) avance dans le couloir du train. Il descend, regarde autour de lui en mettant sa main au-dessus de ses lunettes pour se protéger du soleil (le plan s'élargit). On voit qu'il descend d'un train datant des années trente. Il s'avance vers la gare d'architecture fin XIXe. Il sort de la gare et s'engage sur la route menant à un village.

Il y avait quelque chose dans l'air quelque chose de bizarre. Le silence pesant des enfants qui jouaient sur les trottoirs. Les vieux assis sur leurs bancs avec leurs drôles de regards qui brillaient étrangement sans rien fixer, sans rien voir.

Il avance. Il observe des enfants qui jouent aux billes et à la corde à sauter mais au ralenti et visiblement en silence. Plus loin, il croise un couple de vieux qui sourient et semblent regarder à travers lui. Il s'approche d'eux, leur demande quelque chose, il est à quelque centimètres d'eux mais ils ne le voient pas. Les deux vieux rient de plus belle en regardant les enfants. JJ agite sa main devant les yeux du monsieur : pas de réaction. Il recule, enlève ses lunettes, regarde les enfants puis les vieux, il a l'air perdu. (gros plan) Le paysage à l'air de tourner autour de lui, il se frotte les yeux. La lumière baisse comme si la nuit tombait. (plan du ciel) Le ciel clair s'assombrit et se couvre rapidement de nuages comme si un orage se préparait.

C'était comme si les femmes et les hommes avaient fui tout à coup. Un rayon de lune éclairait une orée dans la forêt. Le chemin sentait la menthe, brume blanche jusqu'à mes genoux. Quand j'ai entendu plus loin leurs chants graves qui me guidaient.

Il ouvre les yeux, secoue la tête l'air abasourdi, (plan large) il est dans une forêt et il fait nuit. Il avance prudemment sans voir où il met les pieds à cause de la brume. Il remarque un endroit éclairé par la lune. Il avance. Il s'accroupit derrière un buisson (gros plan), il a l'air terrorisé et en même temps fasciné.

Ils étaient rassemblés autour d'un grand trou vide et tout noir. Ils se balançaient en chantant les mains tendues vers le Maître. Soudain tout cessa brusquement et son doigt montra juste ma cachette. Venez nous vous attendions ce soir vous n'êtes pas en retard.

(plan large) Des gens habillés de tuniques blanches chantent les yeux fermés autour d'un trou à côté duquel se trouve un homme qui ferme les yeux aussi en tunique pourpre. Ils se tiennent par la main et tendent le bras vers cet homme. D'un coup, l'homme en pourpre ouvre de grands yeux étrangement bleus (ça fait village des damnés), il tend le doigt vers le buisson de JJ. Les autres se retournent dans un même mouvement vers JJ. (gros plan) bascule en arrière, il essaie de s'enfuir mais se retrouve d'un coup (plan large) allongé dans le trou. Lui aussi porte une tunique blanche, il se débat, des visages aux yeux écarquillés se rapprochent. On voit en flash des images de la gare, des enfants, des vieux de la forêt... entre les images les visages se rapprochent de plus en plus. Il se débat comme il peut. Soudain, l'image saute, la pellicule fond, la musique déraille... FIN.

 

Commentaires (2)

1. Thalie 18/09/2009

J'en tremble encore !!! Brr ! Pôv' Jean-Jacques ! Bouh ! J'suis sous l'choc ! Bon, sérieux : je me suis retrouvée plongée, l'espace de ma lecture, dans un film de SF d'horreur ! Qui aurait cru que les parloes de JJ cachaient un tel monde ?
Pffui ! Je vais pas pouvoir ferme l'oeil de la nuit, moi !!! Pas grave : j'vais pouvoir continuer à surfer sur le site ! Smile !

Tchô !
(15h56 24/03/05)

2. Nemie 13/10/2009

Bouh, ça fait peur

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site