Le concert imaginaire

Conseil : si vous ne connaissez pas bien les textes de JJ, je vous conseille de consulter en parallèle ce site Parler d'sa vie

LA SCENE : 

Elle entre dans le public comme en quatre-vingt-dix-huit. Elle est divisée en six parties (une par musicien), chaque partie comprend un cylindre caché sous la scène qui peut monter jusqu'à quatre mètres et recouvert de spots sur toute la longueur. 

Sur les côtés se trouvent deux écrans géants et, au fond de la scène, deux autres écrans divisés chacun en dix-huit petits écrans. Les deux écrans du fond peuvent être déplacés latéralement. Derrière les écrans se cache une plate-forme qui s'avance et surplombe la scène. Au sol, des rails permettent les déplacements du piano.

 LE SPECTACLE :

  • Nous ne nous parlerons pas: noir scène. On entend des notes de piano Une lumière blanche éclaire petit à petit la scène. On peut apercevoir JJ au piano qui avance doucement depuis le fond de la scène.
  • Si tu veux m'essayer: qui devient «Si vous voulez m'essayer».JJ se lève, il prend sa guitare et s'assoye sur le piano: «On va quand même parler un petit peu...»
  • Nos mains: «A moi de vous essayer», il saute du piano et parcourt la scène de long en large en regardant le public. On voit la traduction des paroles en langage des signes sur les écrans.
  • Que disent les chansons du monde?: JJ chante l'intro «à cappella» à la place de Carole. Il fait un riff et les musiciens sortent du sol, les cylindres montent jusqu'à un mètre.
  • Juste quelques hommes: on voit des diapositives d'explorateurs, de volcans, de montagnes...
  • Comme toi: lumières bleues, on voit des images de petites filles qui jouent. JJ au violon bien sûr avec un long solo (cf Natacha).
  • C'est pas d'l'amour: des images du clip + des paysages (couché de soleil...) et des tableaux impressionnistes.
  • Tout petit monde: JJ fait l'intro au xylophone et fait des fausses notes:«Rigolez pas, c'est super dur», on voit des images de mères avec leur enfant.
  • Au bout de mes rêves: version gospel. En intro, on entend le refrain chanté par Carole. A la fin, les écrans du fond s'écartent et la plate-forme sur laquelle se trouve une chorale gospel s'avance pour surplomber la scène.
  • Elle a fait un bébé toute seule: JJ au banjo + harmonica à la Dylan. On voit des images du clip. A la fin, on entend une sirène d'ambulance, des gentils messieurs en blanc débarquent sur scène. JJ se tire en courant (côté cour) et passe le banjo à Michael...
  • Les délires schizo-maniaco-psychotiques: Michael regarde les autres d'un air dépité et demande:«Qu'est-ce qu'on fait?», les Christophe: «?????», Jackie: «J'sais pas» et Claude répond: «Ben, on continue». Michael commence l'intro au banjo. JJ revient (côté jardin) mais en camisole. Il passe tout le temps de la chanson à se tordre pour l'enlever. Finalement, il y arrive et crie très fort «oooouuuuuaaaaaiiiiiiis!!!!!» en la brandissant.
  • Les p'tits chapeaux: Christophe N. commence seul à la clarinette puis un petit orchestre de cuivres arrive. Sur les trente-six petits écrans, on voit des filles avec des chapeaux rigolos dessinées par Zep qui changent tout le temps de place. JJ porte un splendide couvre-chef dont il a le secret et les autres ne valent pas mieux.
  • Si je t'avais pas: «Pour se calmer un peu». Images du clip (il y a pas mal de monde qui ne l'a jamais vu), lumières violettes.
  • Laetitia: «Une vieillerie, une chanson qui n'est même pas du 1er album mais d'avant. C'est vous dire si ça date....». Il neige sur le public et des nuages gris défilent sur les écrans.
  • Une autre histoire: images de foule + des photos de classe de JJ ou des photos où il est perdu au milieu du monde.
  • Les choses: un déménagement avec des cartons, des plantes vertes, des meubles... qui se baladent sur scène.
  • Pas toi: version électrique (solo compris) comme à l'origine mais la nappe de synthé est jouée à la flûte et au violon. On voit des images d'un mec de dos (cadré comme si on regardait par dessus son épaule) qui suit une fille dans la rue, dans le bus, dans un magasin, avec des copines... Elle a l'air de s'amuser et l'ignore complètement. A la fin on la voit courir vers un autre et l'embrasser.
  • Vivre 100 vies: grosses guitares le retour. On voit des photomontages où les têtes des membres du groupe sont collées sur le corps de danseuses, du quinze de France, des Bleus, de pompiers, de chimpeldells, des Beach Boys, de maçons, de cow-boys, d'infirmières, de jockeys...
  • Je chante pour ça: des images du public en direct et des anciennes tournées. Les musiciens chantent chacun à leur tour le refrain, on voit leur nom. 

LE RAPPEL : 

  • Entre gris clair et gris foncé: sur les trente-six écrans s'animent des couleurs (comme le tourne disque dans «Le père Noël est une ordure» mais en beaucoup + grand), les cylindres montent jusqu'à deux mètres, les spots clignotent... «Gris comme une ombre, une ombre et puis cette ombre au fond de l'ombre...»
  • Fermer les yeux: les cylindres montent jusqu'à quatre mètres. On voit des nuages sur les écrans. Des fumigènes envahissent la scène. On a l'impression d'être dans le ciel. Une lumière douce balaie doucement les nuages par le bas, puis la vitesse augmente progressivement. A la fin, les cylindres descendent lentement et retournent sous la scène pendant que les fumigènes se dissipent et que la lumière ralentit.
  • Pas l'indifférence: JJ reste seul. Le piano revient. A la fin, JJ répète de + en + doucement jusqu'au murmure: «Tout mais pas ce temps qui meurt». La lumière faiblit et le piano repart (avec JJ). Noir scène. 

LE FINAL : 

  • L'envie: la lumière revient (et JJ avec). A la guitare sèche, JJ fait un truc à s'arracher les doigts, il tourbillonne, le fond de la scène prend feu (n'appelez pas les pompiers, c'est fait exprès). 
Commentaires (3)

1. Ploche 18/09/2009

Salut Claire, j'ai bien fait de cliquer sur "ton blog"!
T'as vraiment un grain, j'aime bien ça.
J'aime beaucoup tes concerts, bizarre et imaginaire. Si je deviens un musicien riche et célèbre (il me reste plus qu'à devenir riche et célèbre...), j'adorerais monter le concert bizarre! Quant au concert imaginaire, on s'y croirait!
A bientôt sur le forum!
P.
(11h13 23/08/04)

2. Nico 18/09/2009

C'est enorme tout le boulot, tout le temps que tu as du consacré pour faire tout ca!!!Bravo...
Perso, j'aime bcp le concert bizarre..
C'est beau de rêver, d'imaginer le concert parfait...
je crois malheureusement qu'il faudra patienter avant de pouvoir gouter à un tel concert...
Il faudra attendre ...juste un petit moment ..encore..
(11h13 23/08/04)

3. Delphine 18/09/2009

Dommage qu'il me manque la connaissance et l'imagination pour "voir" ce concert, mais on sent le travail !

(20.01.09)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site